Mix Premier, une des voix de sa génération

SOFONNOU Yaovi Emile Claver est un artiste ivoiro-béninois né le 19 septembre 1985 à Abidjan. Il passe son enfance dans la commune de Marcory. À l’âge de 7ans, le jeune Emile et sa famille quittent la commune de Marcory pour Port-Bouët.

Dès son plus jeune âge, il est membre de la chorale de l’église que fréquente la famille. Aux côtés de sa mère, ses frères et sœurs, il apprend la musique au sein de la chorale. Il s’essaie à divers instruments dont le piano, la guitare et la batterie.
Sa mère ouvre un maquis qui, au fil du temps s’érige en Quartier Général pour les membres de la famille. Mix Premier y passe tout le temps. Dans cet espace de loisir, il admire le DJ. Pour se rapprocher de celui-ci, il lui est utile en lui proposant ses services. Il l’aide à effectuer les installations du matériel musical (baffles, sono, câbles…) et apprend à faire les branchements. L’association entre les deux hommes est appréciée par le jeune homme. Le métier le fascine.

Les débuts

C’est en classe de Terminal qu’Emile s’intéresse à l’animation au sein des maquis. Après le temps passé auprès du DJ du maquis de sa mère, il recherche d’autres endroits pour renforcer sa formation. Car le maquis va fermer quelques années plus tard. Il écume les endroits chauds de la cité et fait la connaissance de DJ Sat auprès de qui, il apprend davantage.
Ce dernier lui ouvre les portes des maquis de la commune d’Abidjan. Cela le conduit à la signature de son premier contrat de DJ. Il signe avec le maquis « La Cour des Grands ». Il débute à dans le maquis de Treichville puis rejoint celui de Marcory. C’est à Marcory que l’artiste a commencé à construire sa carrière au niveau local. À cette époque, la « Cour des Grands » Marcory est l’un des points de divertissement appréciés par la jeunesse ivoirienne. On lui donne le surnom de « Dj Mix » qu’il gardera.
Ses ambitions pour la musique vont se heurter aux aspirations de sa mère et éclipser son rêve d’enfance. Dj Mix Premier ambitionnait d’être un médecin. Sa mère quant à elle n’appréciait guère que son fils se soit adonné à ce nouveau genre musical ivoirien. Les incompréhensions avec la famille vont le contraindre à quitter la famille. “J’ai dû quitter la maison car je tenais à faire la musique. J’ai donc connu des hauts et des bas”, se souvient-il. “C’était difficile à l’époque. Pour une semaine de travail, on te payait 5 ou 10.000 F. Je quittais Port-Bouët pour rallier mon boulot, mais comme on le dit, qui cherche trouve”. C’est dans ces conditions qu’il démarre progressivement sa carrière dans l’univers de la musique ivoirienne.

Carrière

Bobaraba (2007)
Le Coupé-décalé occupe une place importante sur la scène musicale ivoirienne en concurrence à la musique Zouglou. Les jeunes sont très réceptifs du nouveau genre musical qui a changé les habitudes des Ivoiriens. Les communes de Yopougon et Marcory attirent la plus grande part de la clientèle avec les tailles des maquis et la qualité de leurs Disc Jockey. La plupart des Dj sortent des single et des albums mettant en exergue des concepts dansants.
Pensionnait du maquis “La Cour des Grands”, Dj Mix 1er et son collègue Elloh Dj sortent l’album “Bobaraba” dont le titre principal porte le nom de l’album. Ce titre conquiert l’univers des mélomanes ivoiriens et traverse les frontières de la Côte d’Ivoire. Concept dansant “Bobaraba” met en valeur les atouts naturels de la femme africaine qu’on qualifie “d’Awoulaba”. Le succès de l’album invite les deux artistes sur des podiums en Europe et en Afrique de l’Ouest. Pour l’artiste, ce titre est le plus important de sa carrière.

Spot et Atalaku

L’une des particularités des lieux de réjouissances en Côte d’Ivoire est la capacité des animateurs à rendre des hommages à la clientèle de marque. Sous le nom d’Atalaku, les DJ s’adonnent à des manipulations rythmiques sur les platines qu’ils rendent plus agréable en citant les noms de la clientèle. Une approche marketing à succès car les meilleurs DJ dans le domaine attirent la plus grande part de marché dans leurs maquis. L’artiste faisait partie des artistes évoluant dans cette catégorie. Le phénomène des atalaku va passer le cap des maquis pour donner suite à des Single. L’artiste sortira des titres à cet effet.
Par ailleurs, plus en plus désireux d’animation spécifique à leur endroit, les amateurs du Coupé-décalé en général les fans des maquis vont solliciter les artistes pour de la musique à leur endroit. Dj Mix Premier sortira “le téléphone a sonné » à l’endroit de Ibougou Diabagaté et Jean Olivier Akoun. Ce titre est un succès au niveau national. Les Spots prendront une ampleur et s’imposeront dans le milieu du Coupé-décalé
Ainsi, après la sortie de l’album Bobaraba en duo avec Elloh DJ, il sort en solo l’album « La haut ».

DISCORAPHIE

Coup de poignard : 6 titres
Révélation : 9 titres
Bobaraba : 9 titres
Là haut : 10 titres

!source : wikipedia)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*