Momo Soro, une grande histoire avec la batterie

Né à Korhogo (Côte d’Ivoire), Momo Soro déjà tout petit jouait de la batterie qu’il se fabriquait à partir de cartons et de boîtes de conserves.

À 14 ans il a fait son premier concert pour le grand bal du collège de Korhogo (Côte d’Ivoire). C’est grâce à cette manifestation, qu’il a été remarqué et engagé par l’Orchestre de Mewlesel, formation musicale d’Abidjan, avec lequel il a entrepris ses premières tournées internationales en tant que musicien.

De la Garde républicaine de Côte d’ivoire, il est passé à l’Orchestre de la télévision ivoirienne ORTI, avant d’être recruté par l’Orchestre philharmonique et de variété de la gendarmerie nationale d’Abidjan.

Momo Soro s’est installé au Québec (Canada) en 1999 où son talent est très vite reconnu. C’est d’ailleurs au sein du groupe Canadien Dobacaracol, qu’il commence à interpréter ses propres chansons et que la reconnaissance internationale arrive avec un disque d’Or en 2005.

Aujourd’hui, Momo Soro évolue avec sa formation Z’wa (Joie). Sa musique, empreinte de joie, de rythmes endiablés, d’amour et de tendresse nous présente des mélodies africaines modernes, originales et pleines de dynamisme, colorées d’un soupçon de jazz et de reggae. Une harmonie parfaite, aux influences multiples, ainsi que des textes profonds et poignants chantés en Sénoufo, Dioula et en français.



MOMO SORO a également collaboré avec :

Alpha Blondy (Côte d’Ivoire),
Tiken Jah Fakoly,
Salif Keita (Mali),
Ernesto Djedje (Côte d’Ivoire),
Mory Kanté (Guinée),
Aïcha Koné (Côte d’Ivoire)
Eboa Lotin (Caméroun)
Ismael Isac (Côte d’Ivoire),
Polo des Frères à cheval (Québec),
Jean Leloup (Quebec),
Assare Santana (Brésil-Quebec),
Sékouba Bambino (Guinée),
Les tambours du Bronx (Finale de la coupe du monde 1998 Stade de France)
Prince (USA).

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*